Sylvain Prudhomme
Bureau des légendes

Auteur d’une oeuvre où la fiction voisine avec le reportage, Sylvain Prudhomme capture la vie, ses trajectoires, avec une rare épaisseur de récit. Avec Légende, avec les gens, il ravive une certaine liberté des années 1980, un joyeux je-m’en-foutisme se consumant à toute allure.

Abandonné au mistral et aux brebis, La Crau, cet angle mort aux portes d’Arles. Un pays ras et nu que Nel, fils et petit-fils de bergers, photographie depuis son camion-nacelle. Matt, Anglais au physique sportif, y construit des toilettes sèches et réalise à ses heures perdues. Chacun à leur manière, ils capturent la matière des choses et l’amitié solide qui les unit. Travaillant à un nouveau film, Matt s’intéresse à la vie de deux cousins de Nel aujourd’hui disparus. Le premier, Fabien, le genre chic, flamboyant, tout un programme (de vie) fait de liberté radicale, de haine des demi-choix, des demi-amitiés, des demi-coucheries. Le second, plutôt bagarreur, c’est Christian, le “généralissime”“Allez on prend la voiture et on va coller une raclée à ceux de Tarascon. A la loyale nom de dieu”. Dans la famille on les appelait les originaux.

Croisant les récits, les souvenirs, distillant échos et confidences, Sylvain Prudhomme est l’auteur d’une oeuvre où la fiction voisine avec le reportage. Ici, il revisite et ravive une certaine liberté des années 1980, un joyeux je-m’en-foutisme se consumant à toute allure, à mille lieues de l’obsession contemporaine de la vie saine. Ce sont les années au quartier haut, dans la chambre bleue. La fille la plus bandante de l’amphi, à en renverser le mur de Berlin. L’histoire de la boîte de nuit locale, La Chou, villa nichée au creux des pins où se précipiter, d’où qu’on vienne, Aix, Narbonne, Toulouse même. Toutes ces vies qui s’y sont rencontrées. Et la saloperie de virus aux quatre lettres indicibles. Ce livre, on l’aurait bien gardé. “Garder comme ça, sans objet, comme disent les bergers. Garder tout court. Chacun sait bien quoi”. Mais on sait qu’on va l’offrir aux amis, à ceux qui comptent, comme on recompte ses brebis après la transhumance.

LÉGENDE, DE SYLVAIN PRUDHOMME, ÉDITIONS L’ARBALÈTE GALLIMARD, 300 PAGES. Crédit Photo : Sylvain Prudhomme © Catherine Hélie. (Reboot d’une chronique initialement parue dans Focus/Vif, décembre 2016).

Parutions de l’auteur chez Gallimard